L’anaplasmose bovine

L’anaplasmose bovine est une maladie causée par une bactérie particulière, une rickettsie, du nom d’Anaplasma marginale (A. marginale). Elle affecte les ruminants domestiques et sauvages, notamment les bovins, les petits ruminants et les cerfs. 

Au Canada, elle touche principalement les bovins et a surtout été rapportée dans les provinces de l’ouest. Au Québec, elle a été signalée à trois reprises en 2011, 2018 et à l’automne 2022. Dans ce dernier cas, il s’agissait d’une vache née d’une mère achetée en Ontario. En 2018, il s’agissait de 2 vaches achetées aux États-Unis. Dans ce pays, la maladie est endémique dans les états du centre ouest et du sud-est.

L’anaplasmose bovine ne présente aucun danger pour la santé humaine. Elle ne doit pas être confondue avec l’anaplasmose humaine, aussi appelée ehrlichiose granulocytaire humaine, qui est causée par un microorganisme différent, Anaplasma phagocytophilum. L’anaplasmose humaine est présente au Québec, en particulier dans les Cantons de l’Est.

A. marginale parasite les globules rouges des animaux infectés. Chez ceux-ci, leur réponse immunitaire finit par détruire les globules rouges et entraîner une anémie plus ou moins sévère. Il en résulte des signes cliniques tels que fièvre, anémie, ictère (jaunisse), faiblesse, détresse respiratoire, chute de la production laitière voire mortalité.

La gravité de la maladie dépend essentiellement de l’âge de l’animal. Les signes cliniques sont généralement légers chez les animaux âgés de moins d’un an. Chez les animaux âgés d’un à deux ans, la maladie peut être sévère, mais est rarement mortelle. Chez les animaux âgés de plus de deux ans, le taux de mortalité peut atteindre jusqu’à 30 à 50%.

A. marginale se transmet par les globules rouges d’animaux infectés. Une fois qu’un animal est infecté, il le demeure toute sa vie et constitue une source potentielle d’infection même s’il ne présente plus de signes cliniques.

L’infection se propage principalement par des tiques. Au Canada, il s’agit notamment d’Ixodes scapularis (tique à pattes noires). En parasitant des animaux infectés, les tiques s’infectent à leur tour, A. marginale se multiplie dans leur organisme et elles le transmettent à leur tour à d’autres animaux vulnérables.

Par ailleurs, l’infection peut aussi être transmise par des mouches piqueuses ou des instruments contaminés, comme les seringues et les instruments d’écornage. Enfin, la transmission transplacentaire de la mère à son fœtus est également possible. 

La suspicion d’anaplasmose se fonde sur des signes cliniques et des antécédents d’exposition à des facteurs de risque comme les tiques et des animaux infectés. 

Le diagnostic formel repose sur la mise en évidence d’A. marginale au moyen de la technique PCR.

Le test Anaplasma marginale qPCR est offert chez Biovet

ÉCHANTILLON À SOUMETTRE : 3 mL de sang entier (EDTA). 

ÉMISSION DES RÉSULTATS : Les résultats des tests seront disponibles dans les 24 à 48 heures.

Ces tests sont effectués du lundi au vendredi.  

N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations.

André Broes, D.M.V., Ph. D.
Responsable du support technique porc et ruminants

Share Article

×